top of page

Agénésie dentaire

L'agénésie dentaire est une maladie le plus souvent d'origine génétique qui affecte le développement des dents, entraînant leur absence ou leur sous-développement. Cette condition peut avoir un impact significatif sur la santé dentaire, affectant non seulement l'apparence du sourire mais aussi la fonctionnalité des dents (élocution, mastication). Les traitements comprennent les prothèses dentaires, les ponts dentaires ou les implants dentaires potentiellement en parallèle d'un suivi orthodontique.





Quelle est l'origine de l'agénésie dentaire ?

L'agénésie (du grec genesis, « génération », avec le préfixe privatif -a) est une maladie congénitale, c'est-à-dire que l'on naît avec, généralement liée à une anomalie de la lame dentaire. La lame dentaire est une bande de tissu située sous les gencives où se forment les dents. Statistiquement, les antécédents familiaux sont responsables de la plupart des cas d'agénésie dentaire. Mais d'autres facteurs, par exemple environnementaux ou maladies infectieuses maternelles, peuvent en être la cause.


Quelles dents sont plus particulièrement affectées par une agénésie ?

La fréquence de l'agénésie dentaire varie en fonction du type de dents affectées. Par exemple, l'agénésie des dents de sagesse est relativement courante, tandis que l'agénésie des incisives centrales est plus rare.


D'une manière générale, on peut dire que les dents les plus souvent manquantes chez les personnes souffrant d'agénésie dentaire sont :

  • Les deuxièmes prémolaires inférieures (les dents situées juste devant les molaires du bas).

  • Les deuxièmes prémolaires supérieures (les dents situées juste devant les molaires du haut).

  • Les incisives latérales supérieures (les plus petites dents situées de part et d'autre des deux premières dents).

On classe généralement les formes d'agénésie dentaire selon le nombre de dents manquantes :

  • l'hypodontie: absence d'une à six dents,

  • l’oligodontie: absence de plus de six dents

  • l'anodontie: absence totale de dents.


Quelle est la fréquence de l'agénésie dentaire ?

L'agénésie des dents de sagesse est la plus répandue et concernerait jusqu'à 20 voire 30 % de la population.

On estime que l'agénésie dentaire de forme hypodontie (hors dents de sagesse) touche entre 2 et 10 % de la population européenne.

Ce serait moins de 0.1% pour l’oligodontie et extrêmement rare pour l'anodontie.


Cependant, certaines études ont montré que la fréquence peut être plus élevée dans certaines populations ou ethnies, comme chez les patients atteints de fente labio-palatine ou de syndrome d'ectodermalisme.


Quelles sont les conséquences d'une agénésie dentaire ?

Une agénésie peut entraîner

  • des difficultés de mastication,

  • des troubles de l'élocution,

  • des problèmes esthétiques (trou dû à la dent manquante, impression que votre mâchoire est plus petite due à une croissance osseuse insuffisante).


Quelle solution pour traiter une agénésie ?

L'objectif du traitement est de sauvegarder le capital dentaire existant, de rétablir une occlusion buccale optimale et d'améliorer l'apparence esthétique. En fonction du nombre et de la localisation des dents manquantes, il comportera un volet orthodontique, prothétique et/ou implantaire.


En effet, le traitement orthodontique, si besoin, permet de corriger l'alignement et la position des dents restantes, en comblant les espaces interdentaires ou en les agrandissant pour faciliter le remplacement d'une dent manquante.


Les traitements prothétiques et/ou implantaires permettent quant à eux de "remplacer" la ou les dents manquantes.

  • le bridge dentaire conventionnel (dento-porté) est un dispositif prothétique qui remplace une ou plusieurs dents manquantes en comblant l'espace entre les dents restantes. Un bridge repose sur le soutien des dents adjacentes pour le maintenir en place, et le succès du bridge dépend largement de la force et de la santé des dents qui le soutiennent.

  • un implant dentaire, en revanche, est un pilier en titane inséré chirurgicalement dans l'os de la mâchoire pour remplacer la racine d'une dent manquante. Une fois l'implant posé, une couronne dentaire sur mesure est fixée au tenon, créant ainsi une dent de remplacement qui a l'apparence, la sensation et la fonction d'une dent naturelle.

  • le bridge collé avec ailettes permet le remplacement d’une dent unitaire antérieure (i.e. de devant) en collant les ailettes de la prothèse sur la face interne des dents adjacentes. Il permet de préserver ces dernières. Ce type de bridge ne peut ressoudre toutes les situations cliniques.

Plusieurs facteurs entrent en jeu lorsqu'il s'agit de choisir entre un bridge et un implant :

  • le nombre de dents manquantes : s'il ne manque qu'une ou deux dents, l'implant est souvent l'option préférée car il n'a pas besoin du soutien des dents adjacentes, alors qu'un bridge a besoin d'au moins deux dents adjacentes saines pour le soutenir.

  • l'emplacement des dents manquantes : si les dents manquantes sont situées à l'avant de la bouche, où l'esthétique est importante, un implant peut être une meilleure option car il a l'apparence et la sensation d'une dent naturelle. En revanche, si les dents manquantes sont situées à l'arrière de la bouche, où l'esthétique est moins importante, un bridge peut être une option appropriée.

  • l'état des dents adjacentes : si les dents adjacentes sont saines et solides, un bridge peut être une bonne solution. En revanche, si les dents adjacentes sont cariées, présentent des obturations importantes ou nécessitent d'importants travaux dentaires, un implant peut s'avérer plus approprié.

  • la santé bucco-dentaire : la santé bucco-dentaire globale du patient est également un élément important. Si les dents adjacentes sont fragiles ou présentent des obturations importantes, un bridge dentaire peut ne pas convenir, car il risque d'exercer une pression supplémentaire sur les dents de soutien. Dans ce cas, un implant dentaire peut être une meilleure option.



Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page