Greffe des gencives ou greffe gingivale

Greffe_Gingivale_6Dents_Divonne.png

Avant

Après

Récessions multiples maxillaires - Greffe conjonctive enfouie

Récessions multiples mandibulaires - Greffe conjonctive enfouie

Récession unitaire mandibulaire - Greffe conjonctive enfouie

La greffe gingivale redonne de l'épaisseur et de la hauteur à la gencive affaiblie, ce qui stoppe sa récession. À la fois réparatrice, préventive et plastique, cette chirurgie vient renforcer les tissus de soutien pour protéger les dents et, souvent, restaurer un joli sourire. 

La gencive comprend deux couches tissulaires : l'épithélium en surface et le conjonctif en profondeur. La gencive qui se trouve à la base de la dent sans y adhérer est dite "libre". Elle se poursuit par la gencive "attachée" sur la racine et l'os alvéolaire. Plus la hauteur de gencive attachée est faible et plus il faut intervenir rapidement pour espérer un recouvrement.

Coupe axiale d’une molaire et du  parodonte

Parodonte-molaire-Dentiste-Divonne.jpg

La gencive recouvre la racine des dents et l'os alvéolaire qui les maintient dans la mâchoire. La greffe de gencive est utilisée pour corriger et stopper sa perte de hauteur ou "récession". Dénudées, les racines sont en effet plus vulnérables aux caries et aux hypersensibilités dentaires pouvant altérer la qualité de vie. Par ailleurs, les dents semblent plus longues et des espaces interdentaires apparaissent, des manifestations peu esthétiques et souvent mal vécues lorsqu'elles concernent les dents antérieures. 

La récession gingivale est liée à l'association de :

  • Facteurs prédisposants : forme de l'os alvéolaire, malpositions dentaires, gencive fine, âge.

  • Facteurs déclenchants : brossages traumatiques, bruxisme, orthodontie mal conduite, couronnes ou amalgames mal adaptés. Les gingivites et parodontites sont également des facteurs déclenchants mais la perte osseuse étant trop importante, la greffe gingivale seule n'est pas indiquée. 

La greffe de gencive consiste à prélever un "morceau" de gencive ou de palais, le "greffon", pour recouvrir les racines dénudées par la récession.

  • greffe épithélio-conjonctive: elle est utilisée dans le cas de récessions très avancées;  cependant l’effet “rustine” lié à la différence de couleur de la gencive greffée nous contraint à la réserver aux zones non visibles (incisives du bas).

  • greffe de "conjonctif enfoui": elle consiste à glisser le greffon conjonctif sous la gencive existante trop fine et préalablement délicatement décollée de son support. Ces deux épaisseurs (gencive et greffon conjonctif) sont ensuite replacées sur la racine qui était à nu pour la recouvrir. Cette technique donne un très bon résultat esthétique car le greffon est caché sous la gencive du site receveur.

L'intervention se déroule en trois grandes étapes :

  • La préparation du site receveur

  • Le prélèvement du greffon

  • Sa suture au niveau de la récession.

L'intervention a lieu sous anesthésie locale.

  • ,le patient présentant une maladie générale, comme le diabète, l'hypertension, le sida... doit présenter des constantes biologiques équilibrées

  • le patient doit avoir acquis une hygiène bucco-dentaire parfaite et non traumatisante

  • le patient ne doit plus fumer du tabac plusieurs semaines avant et après l'intervention