top of page

Le lien entre le diabète et la parodontite





La principale cause des maladies des gencives est l'accumulation de plaque et de tartre qui finit par provoquer une inflammation et une infection. Des études montrent que les personnes atteintes de diabète qui ne contrôlent pas suffisamment leur glycémie semblent développer des maladies parodontales i.e maladies des gencives plus fréquemment et plus gravement que celles qui gèrent bien leur diabète.


En résumé

La parodontite est une maladie inflammatoire chronique. Le diabète contribue à l'augmentation de l'inflammation donc du risque et de la gravité des maladies parodontales de plusieurs manières :


  • Le diabète ralentit la circulation, ce qui peut rendre les tissus gingivaux sensibles à l'infection.

  • Le diabète diminue la résistance de l'organisme aux infections, ce qui augmente la probabilité d'infection des gencives.

  • Des niveaux élevés de glucose dans la salive favorisent la croissance des bactéries qui causent les maladies des gencives.

  • Institut national du diabète et des maladies digestives et rénales. Diabète, maladies des gencives et autres problèmes dentaires.

  • Les personnes diabétiques qui fument sont beaucoup plus susceptibles de développer une maladie des gencives que les personnes qui fument et ne sont pas diabétiques.8

  • Une mauvaise hygiène bucco-dentaire est un facteur important de maladie des gencives pour tout le monde, mais elle l'est encore plus pour une personne diabétique.


Plus de détails : comment le diabète contribue à la parodontite




Le diabète a plusieurs effets sur notre corps, en particulier, il augmente les niveaux :

1.        de glucose,

2.        de produits finaux de glycation avancée (AGE) et leurs récepteurs (RAGE),

3.        d'espèces réactives de l'oxygène dans les tissus parodontaux.

 

(1)Dans des conditions de taux élevés de glucose dans le sang (hyperglycémie), il peut y avoir une augmentation de la production de molécules inflammatoires dans le corps.


(2) De plus, le diabète provoque une augmentation et une accumulation de composés chimiques, dans le temps, dans divers tissus du corps. Ces composés chimiques, les Advanced Glycation End-Products (AGEs), se forment lorsque des protéines ou des lipides (graisses) réagissent avec des sucres dans le corps. En parallèle, le diabète augmente le niveau des récepteurs de ces AGEs, les Receptor for Advanced Glycation End-Products (RAGE). Lorsque les AGEs se lient au RAGE, cela déclenche des réponses inflammatoires et d'autres processus dans le corps qui peuvent contribuer au développement de maladies chroniques telle que la parodontite.

 

(3) Enfin, les niveaux élevés de glucose présent dans tous les tissus des personnes diabétiques entraînent une plus grande production d'espèces réactives de l'oxygène, les "reactive oxygen species" (ROS). Les ROS sont connus pour causer des dommages aux cellules et aux tissus. Dans le contexte du diabète, ils peuvent contribuer à des complications telles que les lésions des vaisseaux sanguins (qui peuvent entraîner des problèmes de circulation et de santé cardiaque) et les lésions nerveuses (neuropathie diabétique). De plus, les ROS peuvent aggraver le stress oxydatif, qui lui-même va créer encore plus de ROS et contribuer ainsi à un cercle vicieux de dommages cellulaires et de complications.

 

 

(4) Il en résulte une inflammation accrue, qui a un impact sur le microbiote buccal et le rend plus "inflammatoire".

 

(5) Il est à noter que l’inflammation augmente aussi le niveau de bactéries dans le microbiote, bactéries qui à leur tour, impacteront les niveaux de certain

 

(6) L'inflammation affecte différentes cellules dans la gencive et les os autour des dents, en particulier

  • les cellules du ligament parodontal (PDL cells), cellules présentes dans le ligament parodontal (qui est une bande de tissu fibreux qui relie la racine de la dent à l'os alvéolaire qui l'entoure) ;

  • les ostéoblastes, cellules spécialisées qui sont responsables de la formation de l'os ;

  • les ostéoclastes, cellules qui sont responsables de la résorption osseuse, c'est-à-dire de la dégradation et de la réabsorption de l'os.

 

(7) L’impact de ces cellules est double :

  • augmentation de la perte osseuse alvéolaire ;

  • perte d’attache os-gencive.

 

C’est la parodontite.



Source: The impact of diabetes on periodontal diseases, Dana T. Graves, Zhenjiang Ding, Yingming Yang, Periodontology 2000. 2020;82:214–224..


Comentários


bottom of page